• Historique et approche du CIASF

Introduction :
Selon le rapport du Groupe de travail sur les agressions à caractère sexuel Les agressions sexuelles : STOP, publié en 1995 : « au Québec, la vision du problème des agressions sexuelles s'est en général développée au regard soit des victimes, soit des agresseurs. » Le rapport précise que, idéalement, les milieux qui s'occupent de l'une ou l'autre de ces réalités devraient s'entrelacer. À cette époque, le Centre d’intervention en abus sexuels pour la famille (CIASF) en Outaouais préconisait déjà cette approche en réunissant sous un même toit les services offerts à toutes les personnes touchées par la même situation d'abus sexuel. L’organisme mise ainsi sur la continuité des services en assurant la prise en charge des individus, qu'il s'agisse des victimes ou des agresseurs.

  • Mission

Le Centre d’intervention en abus sexuels pour la famille est un organisme communautaire régional (Outaouais) sans but lucratif dont la mission consiste à :

Offrir des services spécialisés aux familles et aux personnes confrontées à l’abus sexuel d’enfants

Buts généraux :
  • Développer et offrir des services adaptés pour réduire l’incidence de l’agression sexuelle à l’égard des enfants ;
  • Contrer l’agression sexuelle en enrichissant les connaissances des personnes, des organismes et des partenaires au sujet de cette problématique;
  • Offrir un lieu d’accueil, d’aide et de réconfort permettant de surmonter les difficultés liées à l’agression sexuelle et de briser l’isolement ;
  • Poursuivre le développement de notre expertise afin de demeurer la référence en matière d’abus sexuel ;
  • Favoriser l’implication bénévole des membres et de la communauté afin qu’ils contribuent au développement de l’organisme ;
  • Sensibiliser la population à la problématique de l’agression sexuelle par le biais de la promotion de l’organisme.

Philosophie :
Pour réussir sa mission, le Centre d’intervention en abus sexuels pour la famille veillera à maintenir un haut niveau de qualité dans ses services, misera sur du personnel compétent et engagé, s’assurera de compter sur les plus récents développements dans le domaine des agressions sexuelles et travaillera en collaboration avec les parents, la communauté et les organismes de son milieu.

Contexte et historique :
Lorsque nous parlons d'une famille, nous parlons de la toute première cellule sociale dont fait partie un individu. À partir de ce principe, il va de soi que les enseignements et les modèles familiaux jouent un rôle primordial dans le façonnement des acteurs sociaux.

Notre société n'est certes pas sans problèmes et l'agression sexuelle d'enfants en est un de taille. Malheureusement, ce drame touche plusieurs familles. Un grand silence entoure ce sujet encore tabou, ce qui rend le dévoilement ou le signalement de l’abus très difficile.

Au cours de la dernière décennie, beaucoup d'efforts ont été déployés afin d'encourager les victimes ou les témoins d’agressions sexuelles à briser le silence dans le but d'enrayer le problème. Des efforts ont aussi été consacrés à la conscientisation des citoyens dans un objectif de prévention. Mais cette ouverture, qui était nécessaire pour contrer le problème d'agression sexuelle d'enfants, a fait surgir une autre réalité, celle des besoins des familles suite au dévoilement de l'agression sexuelle.

La question qui se posait alors était : Comment venir en aide à ces familles? Les programmes sociaux en place et les divers établissements ont tenté de répondre du mieux possible à cette nouvelle demande. Ce genre de services était pratiquement inexistants dans l'Outaouais, jusqu'à la fondation de l’organisme Entraide Parents-Enfants de l'Outaouais (EPEO), le 8 août 1987 (date d'incorporation).

Durant les cinq premières années, soit de 1987 à 1992, faute de fonds suffisants, l’organisme communautaire n’offre que deux groupes d’entraide : un pour les femmes dont les enfants ont subi des agressions sexuelles de la part du conjoint et un pour les hommes ayant commis des agressions sexuelles sur un ou plusieurs enfants. En 1992, un groupe d'entraide pour les adolescents et adolescentes victimes d’agression sexuelle prend son envol. Un an plus tard, dans le cadre d'un exercice de planification stratégique, les administrateurs déterminent une vision commune pour le développement futur de l'organisme. En 1994, des services pour les enfants victimes de 3 à 12 ans et leurs parents, ainsi qu’un groupe d’intervention pour les adolescents et adolescentes victimes d’agression sexuelle, sont mis sur pied. L’année suivante, l’organisme commence à offrir des séances de thérapie aux hommes ayant fait des abus sexuels à un enfant et des groupes thématiques à l’intention des parents non abuseurs. En 1996, EPEO développe un programme sous forme de groupe éducatif pour les parents dont les adolescents ont commis une agression sexuelle. En 1997, les Centres jeunesse de l’Outaouais proposent que Entraide parents-enfants de l’Outaouais offre le programme pour les adolescents ayant commis une agression sexuelle qui était déjà offerte au CJO.

Le 17 juillet 1998, Entraide Parents-Enfants de l'Outaouais change sa dénomination sociale, l’organisme s’appellera dorénavant le Centre d’intervention en agression sexuelle pour la famille (CIASF). Sa mission demeure la même qu'au début : Offrir des services spécialisés aux familles et aux personnes confrontées à l'abus sexuel d'enfants.

En 1998, le CIASF offre un service complémentaire à la thérapie des adultes ayant commis des abus sexuels sur un enfant : un groupe de prévention de la rechute.

Des groupes pour les enfants de 7 à 11 ans ayant des comportements sexuels problématiques envers d'autres enfants et des groupes pour leurs parents voient le jour en 1999 mais malheureusement faute de financement nous devons mettre ce service en attente mais ce programme renaîtra au mois de septembre 2005.

L’an 1999 marque la consolidation des services existants. L’organisme ayant démontré l'efficacité et l'efficience de ses services de façon informelle décide d’entreprendre des recherches pour appuyer de façon scientifique l'impact de ses services sur sa clientèle. L’approche utilisée par le CIASF et le nombre de participants aux groupes sont une source de motivation pour les chercheurs du Québec qui utilisent l’organisme comme plateau de recherche.

Aujourd’hui, en 2005, nous continuons d’améliorer la qualité de nos services grâce aux résultats de recherche qui nous alimentent. Plusieurs recherches sont terminées et d’autres sont en cours. Nous désirons remercier M. Marc Tourigny, Ph. D., et Madame Martine Hébert, Ph. D., ainsi que leurs nombreux collaborateurs qui ont rendu possible la réalisation de ces recherches.

Reconnaissances
Au fil des ans, le CIASF a reçu de nombreuses reconnaissances du milieu, notamment le Prix d'excellence de la Fondation Marie-Vincent, en novembre 1998; une Mention d'honneur dans le cadre des prix Persillier-Lachapelle, le 31 mai 1999, et le Prix d’excellence du Ministère de la Santé et des Services Sociaux, en 2001, pour les services offerts aux enfants de 3 à 12 ans victimes d’abus sexuels. Ces reconnaissances démontrent la qualité et la nécessité de nos services.


Notre approche

Approche globale d'intervention en abus sexuel d'enfants
Le Groupe de travail sur les agressions à caractère sexuel, mentionné précédemment, dit avoir eu le sentiment de contribuer à un changement d'importance en retenant la notion de globalité des services en abus sexuel. Le rapport précise que, bien que ceux-ci soient offerts de façon morcelée, le processus doit être retenu dans son ensemble.

Au CIASF, nous avons éprouvé une grande satisfaction lorsque nous avons constaté que nous mettions déjà en pratique dans l'Outaouais les recommandations du rapport. Cette approche consiste à offrir dans un même centre des services à l'enfant victime, aux parents non abuseurs, à l'abuseur de l’enfant et à sa conjointe, en tenant compte des liens entre chaque individu impliqué dans la même situation d'abus. La globalité est une notion qui existe depuis plusieurs années (Giaretto). Dans le contexte de l’abus sexuel, cette approche permet non seulement d'obtenir un meilleur succès dans les interventions, mais en favorisant l'intégration des membres de la famille dans le cas d'abus intrafamiliaux, elle offre une prévention plus efficace. Même dans les dossiers d’abus extrafamiliaux, nous pouvons faire des interventions plus stratégiques quand nous connaissons l’ensemble de la situation, c’est-à-dire les réalités de l'enfant victime, de la conjointe de l'abuseur, du parent non abuseur et enfin de l'abuseur. Voici d'autres avantages que procure cette approche : a) résolution plus efficace et plus durable de la problématique de l'abus sexuel; b) prise en charge de toutes les personnes concernées; c) plus grande ouverture et collaboration de la part des partenaires du réseau, par exemple les Centres Jeunesse, les Services de probation, le système judiciaire, etc., d) facilitation de la réunification familiale lorsqu'elle est désirée par toutes les personnes impliquées.

Notre approche systémique privilégie la famille dans son ensemble en tant que système. Les enfants subissent la violence sexuelle au sein d’un vécu quotidien. Cette pensée, dite circulaire, se rapproche des interventions psychosociales. Nos programmes visent donc à enrayer l’abus sexuel et nous croyons que la famille continuera d’être la cible d’intervention qui donne le plus d’espoir d’une société libre d’abus.

L’aide apportée par le CIASF aux enfants, à leur famille et aux agresseurs sexuels a comme effet d’atténuer les conséquences de l’abus et d’augmenter l’autonomie chez l’enfant victime. En favorisant la stabilité familiale, nous espérons que tous les membres de la famille deviendront plus productifs pour la communauté et la société. L’abus sexuel passe souvent d’une génération à l’autre, ce qui nous permet de croire que nos services sont bénéfiques pour des générations à venir, font économiser des sommes importantes à la société et évitent aux enfants de subir les conséquences désastreuses liées à la vie dans une famille dysfonctionnelle.

Le système social de l'Outaouais a été assez souple pour permettre la mise en place d'initiatives locales novatrices en abus sexuel. Grâce à la confiance de l’Agence de développement de réseaux locaux de services de santé et de services sociaux et à celle de nos nombreux partenaires, nous sommes maintenant prêts à partager nos programmes avec d’autres régions. Dans cette optique en 2004 nous avons commercialisé un de nos programmes, c'est-à-dire le programme de prévention pour les enfants de 3 à 5 ans provenant de milieu à risque.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Construit avec Impact